SECRET HANDS murmure aux sentiments

Certains disent que la musique adoucit les moeurs, mais allez donc dire cela aux adeptes de « Black(j’aimangétasoeur)Metal hardcore(j’aiviolétachèvre)Grindblood« , et vous découvrirez que cet adage devient rapidement obsolète. par contre, Le Daron est convaincu que la musique est avant tout un provocateur de rencontres.

Et cela est le cas pour SECRET HANDS. Tout part d’un message sympathique de Nuno Cordeiro, guitariste de THE AIKIU (dont Le Daron vient de chroniquer le dernier Ep « Pieces of Gold« ), et cet australien multi-instrumentiste demeurant à Paris depuis 4 ans me convie à aller voir du côté de son projet solo portant le nom intriguant de SECRET HANDS. Chevauchant son fidèle clavier « Azerty », Le Daron se rend au rendez-vous, et en appuyant sur « lecture », un voyage animé commence, Le premier titre de son maxi, « How » cavale dans nos tympans, une basse « catchy » s’agrippe à nous, et les horizons s’étendent, puis à la découverte de « I forgot who I am » qui porte bien son nom, nous appartenons à la musique et la voix de Nuno Cordeiro, tel un Trent Reznor en forme, nous promet le meilleur tout en douceur. Ce garçon dont les influences vont de BON IVER, M83, APPARAT, RADIOHEAD ou THE RADIO DEPT., arrive en 4 titres de grande classe à rendre très agréable près de 20 minutes de notre existence. SECRET HANDS est une Dream pop qui ravive les couleurs, rend le soleil plus chaud et ce matin moins terne.

Une chouette rencontre, ce matin, Le Daron a fait une chouette rencontre, et désormais seuls les insensibles ou encore les sourds ne pourront pas dire que SECRET HANDS mérite de devenir visible aux yeux de tous.

Cet article, publié dans musique moderne, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.