THE INVISIBLE, la peine visible

Connaîssez-vous le son de la douleur lors de la perte d’un être cher ?; Pourriez-vous toucher du doigt la tristesse d’un garçon ayant perdu sa maman ?. THE INVISIBLE, signature de NINJA TUNE, vous le laisse deviner avec son second album : « Rispah« , hommage sensible à la mémoire de la mère de Dave Okumu, chanteur magique et guitariste aérien de ce groupe Londonien, dont la tristesse a permis de voir naître ce Lp.

Un enregistrement d’un chant traditionnel kenyan interprété par un choeur de femmes lors de la veillée funèbre de la mère disparue, traverse cet album à des instants précis et ces choeurs remplissent nos âmes d’athées d’une fort belle lumière. « Rispah » est beau à en crever, apaisant, subtil et d’une intelligence rare. Le trio, témoin de l’épreuve que traverse l’un des leurs, sublime la peine, et la douce mélancolie nous berce plus qu’elle ne nous peine. Produit par Rich File (UNKLE) et mixé par Graig Silvey (Portishead, Artic Monkeys), le son est aussi clair qu’un linceul et l’impression de s’élever est présente durant la durée des 11 morceaux composant l’album.

RISPAH était le prénom de la maman, RESPECT est sans doute le surnom du fiston. Le Daron vous le répète : « Beau à en crever ! ».

Cet article, publié dans musique moderne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s