WALNUT GROVE DC, en flammes !

Le soleil plombe au-dessus du Minnesota aujourd’hui, les hommes rabattent la bordure de leur Stetson sur leurs yeux, les femmes frôlent les murs chauds, les enfants courent dans la prairie et les animaux se tapissent à l’ombre des chênes rouges, seuls les serpents profitent des heures brûlantes pour chercher pitance. Banal, mais tout cela n’est que temporaire.

La petite Carrie Ingalls tombe de tout son long, encore banal, me direz vous ! Elargissons le plan et désormais la vérité se fait jour, 4 silhouettes apparaissent au sommet de la crête, 4 longs manteaux venus des rivages du vieux continent, 4 desperados de La Rochelle. Le flingue de l’un d’eux est encore fumant, dézinguée la petite Carrie, maintenant il ne leur reste plus qu’à s’occuper de tout le reste.

A grands coups de guitares lourdes comme des marteaux, d’une basse sévère et d’une batterie de plomb, les 4 font voler en éclats les plus costauds, les femmes et les enfants essaient de fuir en pure perte, trop tard ! Les stoners les ont rattrapés, même les serpents prennent leurs jambes à leurs cous, ce qui surprend toujours. Ils flinguent à tout va, en seulement trois titres sentant le Bourbon à plein nez, les quatre cavaliers de l’Apocalypse envoient la nurse en Enfer (Nurse in Hell), ferment la bouche des bonimenteurs à tout jamais (Too much lies) et ne laissent aucune échappatoire aux âmes sensibles (No way out), un véritable carnage bruitiste. Désormais le village en cendres est leur, et en souvenir de la razzia, WALNUT GROVE DC sera leur nom.

Trois titres qui en disent long sur leur appétit de destruction, 2020, Tibo, Dub et Ced le marteleur veulent garder vos tympans en guise de trophées, vos côtés les plus sombres pour décorer leurs avant-bras et vos pensées les plus vils serviront de carburant pour leur rodéo meurtrier. La longue nuit commence, et si un jour votre route croise une de leur descente dans votre petite ville endormie, joignez vous à eux, acceptez la correction promise et cicatrisez vos plaies à grandes rasades de whiskey américain en vous répétant que ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort !.

Cet article, publié dans rocky band, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s